Vous savez combien j’apprécie ceux qui osent relever les défis malgré les difficultés du quotidien ou le risque d’échouer. Tous ceux qui recherchent l’épanouissement et une certaine liberté coûte que coûte.
Passion triathlon de maman
Les grands voyageurs, les entrepreneurs, les artistes, et les sportifs engagés suscitent souvent mon admiration, surtout quand ils partent de loin, parfois de zéro.

Aujourd’hui c’est un article invité que je vous transmets. Carole est maman de deux enfants, un jour elle décide de mettre sa carrière entre parenthèses pour devenir triathlète et avoir plus de temps libre. Elle raconte cette aventure depuis le début sur son blog maman triathlète qui travaille. Les entraînements triathlon, la vie de famille, les compétitions, elle raconte tout ça à un rythme d’enfer.

Le sport peut se révéler être un chemin pour se trouver, se choisir et se libérer…

Le déclic : sortir de sa zone de confort

Un jour, tu te réveilles, tu as 35 ans. Tu es mariée. Tu construis ta maison. Tu es Maman : tu viens d’avoir 2 enfants en 2 ans. Tu as donc pris 35 kilos en 2 ans, sachant que tu en fais 53kg. Tu sors de la période des couches et tu commences à faire des nuits « continues » : le luxe ultime.
Le jour où j’ai ramené mes enfants au bureau pour finir un gros dossier et j’ai trouvé ma fille endormie sur le paillasson de l’issue de secours, je me suis dit que ça n’était pas humain. « Je ne suis pas une vraie Maman. » Je rentre chez moi défaite, les yeux cernés, mon mari absent, et je me dis « Je ne suis pas une bonne épouse. » Le lendemain après une nuit de question, je retourne travailler. Une grande société française côtée. Rentabilité. Horaires. Responsabilité. DINK. SINK. (Double Income No kids  ) OK bon niveau de vie aussi…Pourtant je me suis dit « Tu n’es pas une bonne manager commerciale. »

Ma sale gueule, mes kilos, mes cernes et mon moral dans les Birkenstock je quitte mon job. Je retrouve ma famille et mon lover. Je me retrouve Maman à plein temps. Libération. Soulagement. Richesse ultime : le temps. Je m’inscris à un cours de fitness pour retraitées.

Pour répondre à la question suivante : qu’ai-je envie de faire ? Qu’est ce qui me ferait plaisir ? Qui me motiverait ?

L’action et la persévérance

Le sport. A mon cours de fitness, un prof se pointe avec son Tshirt Triathlon Embrunman. Je vais le voir, il s ‘appelle Philippe, sec comme un coup de trique, gentil comme un bichon. Le triathlon c’est une discipline enchainée où on commence par la natation, puis on revient dans un parc, ou une tente pour se changer et prendre son vélo, pour revenir –mais pas toujours- au même endroit reposer le vélo, les chaussures et le casque pour enfiler ses baskets et repartir courir. Tout ça dans des formats très variés, du triathlon Sprint, très court, parfait pour découvrir la discipline (750 mètres natation, 20 km Vélo 5km course à pied) , en passant par le « Distance Olympique » (1,5km, 40 km vélo et 10 de cap) vers le half ironman (1,9km natation, 90 km vélo et 21,1 km à pied) à l’Ironman ou Embrunman 3,9km de natation, 180 km vélo, et le famleux marathon de la fin).
Voilà j’avoue : je ne sais pas nager. Je suis tombée à vélo à 13 ans j’ai eu un trauma crânien. J’aime courir seule depuis mes 13 ans. J’ai fait un triathlon à 9 ou 10 ans à Velizy Villacoublay j’avais adoré l’enchainement de différents sports. Rien à voir avec le cours de fitness…Je vibre ne serait-ce qu’en regardant le sport.

Alors Maman Carole tu continues de rêver à la vie que tu aimerais vivre ou tu te prends en main ?

Le fitness m’emmène vers le triathlon. Je vais essayer. Au pire, je ne suis pas faite pour ça mais TANT QUE TU N’AS PAS ESSAYE, TU NE SAIS PAS. DONC VAS Y FONCE. Et tu verras.

Rien que le mot « triathlon » m’impressionne
. Je me jette à l’eau je ne sais pas nager. J’apprends. Je ne sais pas rouler. J’achète un vélo pour mon anniversaire. J’apprends. Je progresse. Je suis entourée de personnes bienveillantes. Je dégage du temps pour les entrainements triathlon. J’envisage de me lever plus tôt pour aller nager. Et oui, la natation c’est 2 à 3 fois par semaine (avant d’aller bosser) de 7h30 à 8h30 au lieu de dormir.
Le vélo le week end, et la course à pied au stade le midi au lieu du déjeuner au restaurant. Ca rentre dans mon nouvel emploi du temps puisque j’ai retrouvé du travail, avec la fesse plus ferme. Je me sens plus résistante au stress et mieux dans ma peau de Maman qui se raffermit  et meilleure mine à m’aérer plus souvent !

La renaissance grâce au triathlon


Je mets en place une organisation
où j’implique davantage mon mari –qui se voit réduire son temps libre- mais au profit d’une femme épanouie. On alterne les matins où il emmène les enfants. Les déjeuners avec les collègues se font les jours où j’ai nagé le matin. Je me couche plus tôt. C’est un mode de vie qui peut devenir extrême. Surtout quand tu t’inscris à un Ironman. Là je suis devenue experte en organisation et en négociation…pour un temps limité. J’ai aussi abandonné les cours de fitness…Un défi relevé après 4 saisons de triathlons où j’ai fait presque toutes les distances, sans jamais avoir d’objectif de performance.

Seul guide, c’est le plaisir dans le dépassement de Soi. On ne se pense pas capable de faire certaines choses et finalement avec mental et persévérance, on y arrive. Chaque entrainement, chaque longueur, chaque kilomètre avalé est une victoire. Une victoire sur sa vie, un exemple à donner aux enfants : bouger. Travailler. Échouer, recommencer, réussir…

J’ai traversé des moments difficiles prise de doutes et j’ai franchi les étapes. J’apprends toujours, plus sereinement, et avant de me dire « Cocotte, tu te prends pour qui ? Ca n’est pas pour toi. » Je réponds « Attend, j’essaye, et on verra bien. » Au pire je réussis 

Trouver sa passion, que ce soit dans le sport, l’art, l’entraide, la créativité, c’est d’abord s’aérer et s’offrir cet espace temps de réflexion. Même si on est Maman avec des enfants.
C’est ensuite repenser son organisation pour se libérer du temps pour vivre pleinement cette activité.
C’est également se fixer des petits objectifs pour le Bien être et le plaisir, être clément avec soi et être fier des progrès que l’on accomplit.